ATELIERS D’ÉCRITURE – Ecrire pour soi : moi, ici et maintenant


Eloïse Steyaert propose de vous emmener le 09 novembre et/ou le 16 novembre à la découverte de votre pouvoir d’expression. Un rendez-vous intime et convivial pour écrire en groupe à travers des consignes qui libéreront votre imagination ! Grâce aux diverses propositions d’écriture, vous vous surprendrez à créer et à vous amuser dans une ambiance bienveillante.

Ici, pas d’ambition, pas d’exigence littéraire, pas d’intimidation face à la pratique : j’écris pour moi, pour me faire du bien, pour être à l’écoute de mes émotions et pour me déconnecter dans une bulle de bien-être et de confiance.

PRÉREQUIS : Aucun ! Tout le monde peut écrire pour soi, il suffit d’un crayon et d’un bout de papier
POUR QUI ? Toute personne qui veut coucher sur papier ses états d’âme, ses questionnements, se raconter… Pourquoi ? Pour s’écouter, pour avancer, pour créer et s’amuser.
OÙ ? Ce voyage intime et créatif aura lieu à Wamabi, bibliothèques de Waimes et Malmedy (Place du Châtelet 7a à 4960 Malmedy)
QUAND  ? Les 9 et 16 novembre de 9h30 à 12h30.
INFOS – INSCRIPTIONS : par téléphone au 080/79.99.30 ou par mail (malmedy@wamabi.be)
Pour rejoindre l’événement facebook, cliquez ICI.
PAF : 5€ la séance (qui comprennent café et croissant)

————————————————————————–

 » Écrire pour soi, c’est prendre le temps de s’isoler avec soi-même et de laisser émerger ce qui vient. Armé d’une feuille et d’un crayon, c’est reformuler ce que nous avons vécu, senti, espéré. C’est une manière de le digérer et de se réapproprier sa vie de manière distanciée. […]

Chacun a quelque chose à raconter. Et l’écriture sur soi fait avancer. Elle oblige à couper le rythme effréné dans lequel nous vivons : pris dans une course perpétuelle, nous n’avons pas le temps de prendre du recul, de nous poser. L’écriture le permet. C’est une bulle. Un espace de liberté. Un instant de paix que l’on peut s’offrir chez soi. Elle aide aussi à marquer les étapes. On s’écrit et l’on peut se relire, et voir son avancée : hier, j’en étais là, mais aujourd’hui, mon questionnement est différent… C’est une trace pour soi-même et pour les autres. Et puis, il y a le plaisir de la création. Celui d’un moment pour soi où l’on construit quelque chose, sans avoir nécessairement de talent inné. Dans une société où l’on se sent le simple maillon d’une chaîne, nous avons tous besoin de produire un objet fini. »

Marion Rollin, spécialiste de l’écriture intime, collection de Carnets d’écriture, Editions Eyrolles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.